Appareils photo numériques bridge : le comparatif complet

Les appareils photo bridge évoluent d’une manière plus lente sur la marché comparés aux hybrides ou aux reflex. En dépit de cette lenteur, il existe de bons modèles pouvant satisfaire les amateurs de photographie qui apprécient les bridges. Voici un comparatif des meilleurs modèles d’appareils photo bridge actuellement sur le marché.

Sony Cyber-shot RX10 Mark IV

Sony Cyber-shot RX10 Mark IV

Le Sony Cyber-shot RX10 Mark IV est le plus puissant des appareils photo bridge du moment. Il est équipé des mêmes technologies que les appareils hauts de gamme de Sony, à l’exemple de l’Alpha 9. Son capteur de 1 pouce dispose d’une définition de 20 Mpx. Il possède une mémoire RAM intégrée lui permettant de travailler plus rapidement.

La plage d’ISO dans laquelle le capteur peut travailler est de 100 à 12 800 ISO. Elle peut être étendue jusqu’à 25 600 ISO. L’appareil n’offrira de bons résultats qu’en dessous de 6 400 ISO. En ce qui concerne l’optique, le Sony Cyber-shot RX10 Mark IV est équipé d’un objectif lumineux équivalent à un 24-200 mm f/2,8. Au niveau de la vidéo, l’appareil est également performant avec ses ralentis à 1 000 ips.

Le processeur qui accompagne ce modèle est un Bionz X, capable de traiter une quantité incroyable de données en un court laps de temps. Il permet à l’appareil d’effectuer une rafale allant jusqu’à 24 images par seconde. Avec sa mémoire tampon, il est possible d’enchainer jusqu’à 249 vues en rafale.

L’AF de l’appareil est performante avec ses 315 collimateurs et travaille avec une grande rapidité. Le suivi des sujets est aussi fluide que sur un hybride haut de gamme. Malgré les points forts de l’appareil, les défauts sont également nombreux.

Parmi les points négatifs, il y a l’écran tactile qui ne permet que de paramétrer le collimateur AF. Ce qui est étrange vu le niveau technologique dont dispose l’appareil. Il y a aussi le choix du micro USB 2 ou l’absence de chargeur livré avec l’appareil alors qu’il coûte près de 2 000 euros.

Sony Cyber-shot RX10 Mark III

Sony Cyber-shot RX10 Mark III

Avant le Cyber-Shot RX10 IV, il y a eu le  Sony Cyber-shot RX10 III qui était à l’époque un appareil déjà très puissant. Le Sony RX10 III représentait le bridge professionnel par excellence et il reste encore d’actualité. Pour ceux qui souhaitent obtenir une performance d’appareil proche de celle du RX10 Mark IV, ce boitier est parfait. D’autant plus qu’il est actuellement disponible à environ 1 400 euros alors qu’il était sorti à près de 1 600 euros.

En comparaison avec la version IV, ce modèle est légèrement moins fourni. Son écran est par exemple non tactile, ce qui n’est pas grave vu que celui du Mark IV a une fonctionnalité très limitée. La tropicalisation est aussi absente sur le Mark III, mais là encore celle sur le Mark IV n’est pas parfaite non plus.

Pour ce qui est de l’équipement, ce modèle d’appareil photo hybride numérique dispose presque des mêmes outils que le Mark IV. Son capteur est à 1 pouce avec une définition de 20 Mpx. Il peut travailler entre 10 et 12 800 ISO, une plage non extensible. Pour ce qui est de l’optique, il est doté d’un objectif 24-600 mm f2.4-4 avec un zoom de 25x.

Pour la montée en ISO, les clichés à moins de 1 600 ISO sont meilleurs même s’il est possible d’aller jusqu’à 6 400 ISO sans trop de dégâts. D’ailleurs, la qualité semble bien maintenue dans l’ensemble, même à la valeur maximale de 12 800 ISO. Pour obtenir les meilleurs résultats, il faut logiquement travailler avec les RAW étant donné que les JPEG ont un rendu un peu plus froid.

Parmi les points regrettables sur l’appareil, il y a la durée de vie de la batterie qui est assez faible. En 4 K vous n’avez droit qu’à 30 minutes avant que la batterie ne se vide. Même au prix auquel l’appareil est vendu, il n’y a pas de chargeur qui l’accompagne. Et enfin, l’appareil aurait pu être meilleur s’il avait une stabilisation de capteur.

Panasonic FZ2000

Panasonic FZ2000

Panasonic et Sony sont les deux marques qui dominent actuellement le marché des appareils photo bridge. Comparé à son rival, Panasonic a l’avantage de proposer des modèles plus abordables et avec des performances pourtant intéressantes. Son meilleur bridge, le FZ2000 coûte 1 200 euros environ alors que le Cyber-Shot RX10 III de Sony est à 1 600 euros. Son boitier n’est pas tropicalisé, mais ses capacités en photo et en vidéo sont d’un haut niveau.

Le FZ2000 est le successeur du FZ1000 et il propose de nombreuses évolutions par rapport à ce dernier. Son zoom est par exemple, monté jusqu’à 24x, un équivalent de 24-480 mm. L’appareil est doté d’un capteur de 1 pouce à 20 Mpx. Sa plage d’ISO est de 80 à 25 600.

La montée en ISO se fait d’une manière correcte sur l’appareil avec des couleurs bien conservées jusqu’à 6 400 ISO. Ces couleurs ont un rendu naturel, un peu terne et sans exagération. Les variations se font remarquer à 1 600 et 3 200 ISO. À partir de 12 800 ISO, les détails se perdent et la qualité est moindre. Dans l’ensemble, l’appareil s’en sort malgré tout assez bien même en basse lumière.

Les options vidéo ne sont pas en manque sur l’appareil, ce qui en fait un appareil presque pro. En déboursant une somme supplémentaire de 100 euros, il est possible de débloquer l’option V-log. Ce dernier est utile pour créer des formats vidéo plus adaptés à la post-production. Il devient alors possible d’utiliser la sortie HDMI en 4:2 : 2 10 bits ou le mode à 120 ips.

Panasonic FZ1000

Panasonic FZ1000

Cet appareil photo bridge numérique performant était sorti à environ 700 euros. Il avait pour objectif de rivaliser avec le RX10 qui, à l’époque, était le premier bridge vraiment professionnel proposé par Sony. Malgré une allure moins haut de gamme, le FZ1000 est doté d’une construction solide et a l’avantage d’être plus léger.

Pour avoir une légère avance sur son rival, Panasonic a équipé son FZ1000 d’un zoom de x16, soit le double de celui du RX10. Cette valeur permet à l’optique de l’appareil de conserver un équilibre entre qualité et zoom. Notez que même si des zooms à plus de x50 sont disponibles dans les magasins, ceux-ci offrent souvent une mauvaise qualité.

En ce qui concerne le capteur, il est à 1 pouce avec une définition de 20 Mpx et une plage de 80 à 12 800 ISO. Il peut travailler correctement jusqu’à 1 600 ISO et en format RAW, il est possible de monter jusqu’à 6 400 ISO. Dans l’ensemble, les détails sont bien retranscrits et les images sont nettes. Les couleurs ne ressortent en revanche pas aussi bien que sur les boitiers concurrents. Il est malgré tout possible d’atteindre un rendu satisfaisant en passant par un post-traitement.

Comparé au RX10 de Sony, le FZ1000 dispose d’un meilleur viseur optique à 2,36 Mpix. Son écran est orientable, mais pas tactile. Cette fonctionnalité aurait pourtant pu simplifier l’utilisation de l’appareil dans de nombreuses situations. Du côté de l’AF, la performance est au rendez-vous avec une mise au point qui se fait à moins d’un dixième de seconde.

Le FZ1000 peut être considéré comme un successeur du GH4, car il est doué lorsqu’il s’agit de faire des vidéos. La Full HD à 100 Mb/s est très fluide et les images sont de bonne qualité. La 4K est aussi impressionnante, mais il faudra vous équiper d’une carte mémoire à haute vitesse si vous comptez en profiter pleinement.

Nikon CoolPix P900

Nikon CoolPix P900

Avec Sony et Panasonic qui dominent le segment des bridges, il reste peu de place pour les autres constructeurs. Pour tenter de se démarquer face à ces deux géants, les constructeurs comme Kodak ou Nikon doivent trouver des arguments de vente plus percutants. Pour sa part, Nikon a décidé de tout miser son super zoom de x83, un record inégalé.

Pour atteindre une telle capacité de zoom, l’appareil doit logiquement être plus grand. Ce qui implique un poids passant au-dessus de 900 g. Peut-être pour conserver un poids raisonnable, l’appareil est aussi dépourvu de tropicalisation. Le revers positif est un prix très compétitif à environ 199 euros. D’ailleurs, avec un tel prix, ce bridge conserve son image d’appareil grand public.

Le zoom est le point fort de l’appareil et il est capable d’aller jusqu’à 2 000 mm dans la pratique. Son utilisation est limitée à 600 mm si votre but est d’obtenir une bonne qualité d’image. Pourtant le FZ300 de Panasonic peut également aller à 600 mm maximum, avec une qualité bien supérieure. Ce qui peut faire perdre l’intérêt du grand zoom du CoolPix 900.

Malgré tout, les ingénieurs de Nikon ont fait énormément d’efforts pour obtenir un traitement d’image adéquat même avec un zoom puissant. La qualité des images est moins bonne comparée à ce que produisent les boitiers de la même catégorie. Mais en considérant les compromis techniques nécessaires pour leurs obtentions, les images peuvent être réussies.

Pour obtenir des clichés de meilleures qualités, il faut faire attention aux paramètres utilisés par l’appareil. Notez que le RAW n’est pas géré par le boitier, ce qui vous empêche de réaliser des post-traitements. Le viseur présente un certain retard d’affichage lorsque le zoom est utilisé à fond. La stabilisation fait malgré tout de son mieux pour garder une image sans flou.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *