Macrophotographie – Notre guide pour bien débuter

En photographie, il existe de nombreux styles de photos parmi lesquels vous pouvez vous essayer. Il y a par exemple la macrophotographie qui vous permet de voir le monde sous un autre angle. C’est une discipline passionnante, mais difficile. Si vous avez décidé de vous lancer dans l’utilisation de ce style photographique, vous aurez besoin de quelques conseils pour bien débuter.

Qu’est-ce que la macrophotographie ?

À ses débuts, la macrophotographie était principalement utilisée dans le secteur des recherches scientifiques. Elle servait à photographier les insectes de taille miniature. En macrophotographie, le grossissement doit être de 1:1 au minimum et 10:1 au maximum. Un grossissement de 1:1 veut dire que la taille du sujet sur la photo sera sa taille réelle. Par exemple, si le sujet mesure 1 cm, il conservera cette dimension sur le capteur. Avec un rapport de 5:1, un sujet de 1 cm mesurera 5 cm sur le capteur.

Au-delà d’un rapport 10:1, il ne s’agit plus de macrophotographie, mais de photomicrophagie. À l’inverse, si le grossissement est compris entre 1:1 et 1:10, il s’agit de proxiphotographie. Avec cette dernière, la taille du sujet sera réduite sur le capteur.

Pour faire de la macrophotographie, vous ne pouvez pas tout à fait utiliser n’importe quel appareil. Sur les compacts et les meilleurs appareils photo bridges, vous avez par exemple un mode macro disponible. Ce mode n’est pas considéré comme une véritable macrophotographie, car il ne permet pas d’atteindre le rapport de 1:1. Mais il peut vous intéresser si vous vous initiez à la macrophotographie.

En général, ce sont les reflex et les meilleurs appareils photo hybrides qui sont recommandés pour faire de la macro. Avec ces appareils, vous avez la possibilité d’utiliser des objectifs spécialement conçus pour la macro. L’inconvénient avec ces objectifs macro, c’est qu’ils peuvent être onéreux.

Les sujets à photographier

macrophotographie insecte

Les insectes sont les sujets fréquemment évoqués lorsqu’il s’agit de macro. Cette méthode de photographie permet de mettre en valeur les détails le plus infimes sur ces êtres minuscules. Les insectes à photographier sont nombreux : une mouche, une abeille, un papillon… Il est aussi facile de trouver un insecte à prendre comme sujet.

Il faut noter que les insectes ne sont pas les seuls sujets possibles. Vous pouvez très bien photographier d’autres éléments de la nature. Que ce soit une plante ou une fleur, la macro permet de capturer les détails indiscernables à l’œil nu. Il vous suffit de vous rendre dans votre jardin ou dans un parc pour trouver des spécimens à photographier. Même une simple feuille peut être un excellent sujet.

Sachez aussi que la macrophotographie peut être utilisée sur un portrait. Pour mettre en évidence la beauté des yeux, des lèvres ou d’une partie du corps d’un individu, vous pouvez utiliser la macro. Si vous êtes un débutant, la nourriture est un autre sujet qui peut vous servir en macro. Vous pouvez mettre en valeur la texture d’un plat et faire ressortir ses couleurs à l’aide de la macro.

D’une manière générale, vous pouvez utiliser la macro pour faire ressortir les détails d’un quelconque objet. Une bague de fiançailles peut être un bon sujet pour une photo macro. Il faut aussi savoir que la macro est couramment utilisée pour faire la promotion commerciale d’un produit.

Quelques conseils pour débuter

Que ce soit avec la macrophotographie ou une autre discipline, vous avez besoin de connaitre les bases de la photographie. L’ouverture, la vitesse ou la sensibilité sont des points qui restent essentiels. Vous devrez également faire attention à la profondeur de champ, au cadrage ainsi qu’à la mise au point. Pour maitriser ces notions, vous aurez à pratiquer énormément.

La lumière  ☀ reste un point clé pour réussir vos photos en macrophotographie. Pour obtenir une luminosité naturelle adéquate, si vous photographiez en pleine nature, vous devez choisir le bon moment. Photographier sous le soleil est déconseillé. Les ombres seront trop marquées et vos sujets peuvent être surexposés. Vous risquez même de faire accidentellement de l’ombre au sujet que vous souhaitez prendre en photo.

Le meilleur instant pour photographier un sujet, c’est pendant la matinée, quand la lumière est encore douce. Qui plus est, si vous comptez photographier des insectes, sachez que certains spécimens ne sont actifs qu’à ce moment. La fin de journée, où le rayonnement du soleil est plus faible, mais chaud, est un autre moment adéquat. Pour photographier en milieu de journée, vous devrez compter sur les nuages  ☁ pour adoucir la lumière. Sinon, cherchez une zone ombragée, mais assez lumineuse.

Il faut savoir qu’en macro, la lumière captée est souvent diminuée. Plus le grandissement utilisé est important, plus la lumière diminue. Pour compenser cette perte de lumière, vous pouvez augmenter l’ouverture, augmenter le temps de pose, augmenter la sensibilité ou utiliser un flash. Si vous faites des photos chez vous ou dans un studio, vous pouvez améliorer la luminosité avec des lampes.

Le vent peut aussi devenir un problème quand vous pratiquez la macro. Un élément qui bouge peut facilement devenir flou. La patience devra être de mise. Elle sera également requise si vous comptez photographier des insectes qui peuvent être facilement effrayés. Vous aurez besoin de vous déplacer lentement et de vous faire le plus discret possible dans ce cas.

Les astuces pour réussir une photo en macro

En macro, la profondeur de champ peut être fortement réduite. Cela implique que votre sujet peut être très net et l’arrière-plan entièrement flou. Pour éviter ce problème, vous pouvez utiliser une faible ouverture (f/16 ou f/22). Le flash vous sera d’une grande utilité pour ajuster la luminosité, car une petite ouverture signifie moins de lumière. Pour ne pas faire sursauter vos sujets à cause du flash, utilisez un diffuseur.

Pour obtenir une meilleure profondeur de champ, vous pouvez également tenter d’empiler vos photos. Vous devrez dans un premier temps photographier plusieurs fois un même sujet avec un point focal différent. Cela signifie que votre sujet doit être tout à fait mobile à chaque prise de vue. Vous pouvez ensuite assembler les photos à l’aide d’un logiciel tel que Photoshop. De cette manière, votre arrière-plan ne sera pas trop flou.

La mise au point doit en général se faire manuellement. Les appareils photo peuvent avoir du mal à trouver un point focal à cause du grossissement élevé. La mise au point se fera beaucoup plus vite si vous l’effectuez vous-même.

Comme toujours, il vous est recommandé de travailler avec le format RAW. Cela permet d’avoir plus de latitude pendant le post-traitement.  Le post-traitement est une étape qui vous permet de corriger les divers défauts, mais également d’améliorer le rendu de vos clichés prise en macrophotographie.

Choisir le bon matériel

matériels pour macrophotographie

Investir dans la photographie macro peut s’avérer coûteux. Les objectifs qui permettent d’obtenir un grandissement de 1:1 ou mieux coûtent environ 700 euros ou plus. Ce qui représente le prix d’un boitier nu de bonne qualité. Pour ne pas vous ruiner, vous pouvez vous passer d’un objectif macro lorsque vous débuter. Utilisez plutôt une bonnette ou une rallonge.

Une bonnette est une lentille que vous pouvez fixer sur votre objectif. Elle est spécialement conçue pour effectuer des photos en plan rapproché. Une fois qu’elle est fixée sur votre optique, votre plage de mise au point devient plus restreinte. Ce qui signifie que vous ne pourrez utiliser une bonnette que pour les photos macro.

L’efficacité d’une bonnette se mesure en dioptrie. Avec une grande dioptrie, vous pouvez obtenir un meilleur grossissement. Les bonnettes peuvent aussi se superposer. À ce moment, la lentille à la plus forte dioptrie doit être la plus proche de l’objectif. Il existe des adaptateurs qui vous permettent d’utiliser une bonnette avec un objectif dont le diamètre est différent du sien.

L’avantage avec ce matériel, c’est qu’il est très abordable comparé à un objectif macro (entre 20 et 150 euros). De plus, il n’entraine qu’une faible perte de luminosité. Il est également peu encombrant. L’inconvénient, c’est qu’il favorise les aberrations chromatiques et entraine une baisse importante du piqué.

La bague allonge est l’alternative à la bonnette. Il s’agit d’un tube dépourvu de tout élément optique. Cette bague augmente la distance qui sépare le capteur et l’objectif afin de réduire la distance de mise au point. Le multiplicateur de focale est souvent confondu à tort avec une bague allonge. Avec un multiplicateur, vous augmentez la focale sans modifier la mise au point.

Plus la bague est épaisse, plus le grandissement obtenu est important. Tout comme les bonnettes, les bagues peuvent être superposées. Les images que vous capturez en utilisant une bague ne perdent pas de leur qualité, car elles ne passent dans aucun élément optique intermédiaire.

Le plus grand avantage d’une bague allonge, c’est son prix. Pour les bagues manuelles, les prix commencent à 20 euros. Avec les bagues permettant à votre appareil de conserver son automatisme, les prix peuvent atteindre les 150 euros.

Concernant les inconvénients, l’utilisation d’une bague allonge engendre une perte de luminosité. Cela s’explique par le fait que la distance que doit traverser la lumière entre le capteur et l’objectif devient plus importante. Il y a également la réduction de la profondeur de champ. Ce qui vous oblige à vous rapprocher encore plus de votre cible.

L’importance de la stabilité

Avec la macrophotographie, le moindre mouvement de votre part peut modifier le résultat de votre photo. Vous devez savoir qu’un mouvement de quelques millimètres de votre appareil peut être amplifié sur une photo.

Si vous photographiez à main levée en macrophotographie, vous pouvez augmenter la vitesse d’obturation. Cela permet de capturer l’instant plus rapidement et évite les flous. Vous pouvez aussi utiliser différentes astuces pour stabiliser votre appareil photo pendant la prise de vue. La seule solution qui peut vous garantir la meilleure stabilité, c’est l’utilisation d’un trépied.

Il existe différents modèles de trépieds sur le marché, avec des prix pouvant être plus ou moins abordables pour un débutant. Afin de pouvoir travailler avec une plus grande flexibilité, vous devez choisir les trépieds disposant des meilleures options. Un modèle avec une colonne pliable vous aidera par exemple à réaliser vos photographies au ras du sol.

Même si vous ne réalisez pas vos photos macro dans la nature, un trépied vous sera toujours utile. Avec cet accessoire, vos mains seront libres, ce qui vous permettra d’utiliser d’autres accessoires tels qu’un outil d’éclairage par exemple.

Les objectifs macro

Si vous avez envie d’approfondir votre expérience en macrophotographie, vous serez tôt ou tard amené à choisir un objectif pour la macro. Si vous en avez les moyens, vous pouvez, dès votre initiation à la macro, acheter un objectif. Il existe différentes catégories d’objectifs macro disponibles en fonction de vos besoins et de vos moyens sur  le marché.

Pour faire de la photo en général et occasionnellement de la macro, il y a les objectifs de 60 mm. Ils permettent d’effectuer des gros plans sur les sujets tels que les insectes et les fleurs. Leur inconvénient, c’est qu’ils n’autorisent qu’une très courte distance de mise au point. Ce qui n’est pas pratique sur les sujets craintifs tels que les libellules ou les papillons. Le prix de ce type d’objectif est souvent très abordable et ils peuvent parfaitement convenir à un débutant.

Afin de photographier d’une manière plus polyvalente, vous pouvez choisir un objectif dont la focale est comprise entre 90 et 105 mm. Cette plage focale est le standard pour la photographie macro. La distance de mise au point autorisée est plus grande, ce qui facilite la gestion de la lumière. Pour les sujets difficiles à approcher, ce type d’objectif n’est pas toujours efficace.

Pour augmenter encore plus votre distance de mise au point, vous pouvez utiliser un objectif de 150 mm de focale ou plus. Cela vous donne la possibilité de photographier la majorité des insectes difficiles à approcher. Ce type d’objectif est plus coûteux, plus grand, plus lourd et plus difficile à manipuler. De plus, le moindre mouvement peut vite ruiner votre cliché. L’utilisation d’un trépied devient presque obligatoire.

Le fait que l’objectif soit tropicalisé, motorisé ou stabilisé peut également avoir de l’importance. Si vous comptez prendre des photos dans la nature, un objectif tropicalisé ne craindra pas les intempéries. Avec un objectif stabilisé, vous avez plus de chance de faire une photo sans flou de bougé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *