La photo vue par Olivier Chauvignat

Imprimer l'actualité Voir le flux RSS Envoyer cette actualité par email
Commentaire0

Publié le 13/01/2009

Olivier Chauvignat, photographe de mode professionnel répond cette semaine à notre interview. Passionné par la photographie depuis de nombreuses années, Olivier nous présente sa vision de la photo. La photographie de mode et de beauté se travail principalement en studio et réclame des compétences adéquates, Olivier nous dévoile ses magnifiques images…Bonjour Olivier, alors la photo, une réelle passion, comment est elle née ?modelJ’ai commencé la photo en 1972. J’ai eu un appareil photo en cadeau, un Kodak Instamatic à photos carrées (35mm). Je suis devenu réellement photographe en m'intéressant à la photo et en regardant sur Chasseur d'Images (alors naissant) et dans d'autres magazines, des photographes comme David Hamilton, Cheyco Leidmann, etc.Pourquoi si peu de photographes de mode réussissent à percer dans ce domaine ?Parce que le métier ne comprend pas que la partie photo... Il faut avoir un très bon contact, être bon en Relations Publiques et en commercial. Le carnet d’adresses a autant d’importance (sinon davantage) que le niveau photographique. Par ailleurs mettre sur pied une séance mode demande une grosse logistique et une équipe compétente. Se constituer un book n’est donc pas aussi simple... Le niveau technique demandé est souvent élevé, particulièrement en beauté. Patrick Demarchelier dit qu’il faut 5 ans pour démarrer une carrière. Et pendant ces 5 ans, il faut manger et maintenir son activité...De photographe amateur à photographe professionnel, comment peut-on franchir le pas ?En se constituant un book, des contacts, de la persévérance et beaucoup de travail et au bout d’un moment il faut se jeter dans le vide et ne faire que ça. Évidemment il faut aller au devant des gens et se constituer un carnet d’adresses solide. Il n’y a donc pas de recette miracleComment se déroule une journée de travail pour un photographe professionnel hors reportage ?Si on est en prise de vues (car une journée peut être une journée de retouche ou une journée administrative...), on se rend d’abord sur les lieux de shooting. Puis c’est le brief (réalisé par la Direction Artistique), beaucoup d’attente (maquillage, coiffure, mise en place) pour peu de temps de shooting (en tout cas en ce qui me concerne). Ca peut être exténuant. Certains de mes shootings ont duré entre 8 et 12 heures... Il faut d’ailleurs saluer le courage des mannequins qui sont capables d’endurer de tels shoots. Car c’est véritablement fatiguant.

Model photo photo studio lingerie

Quels matériels photos utilisez-vous et pourquoi ce choix ?Je travaille en numérique exclusivement, au moyen format (Hasselblad H3DII-22) en RAW. Tous les réglages sont manuels (appareil et flashes). Je travaille la plupart du temps à diaph très ouvert (f4 à f5,6 ce qui équivaut en termes de profondeur de champ 24x36 à f2,8 - f4). Selon le rapprochement ou le cadre que je veux, j’utiliserai le 80 (en pied), le 120 (plan américain et portraits larges) ou le 210 (portraits serrés). Je l’ai choisi pour la qualité supérieure au 24x36 numérique, notamment en termes de rendu colorimétrique, de dynamique, de rendu des reliefs et des volumes et de l’ambiance spécifique au moyen-format. J’achète le matériel en boutique uniquement. J’aime bien avoir un contact avec des gens réels !MannequinUtilisez-vous des objectifs spécifiques pour la réalisation de vos photos ?portraitNon, rien de spécial. A l’avenir je projette d’utiliser des systèmes à bascule et décentrement (“Tilt/Shift”).Quels matériels informatiques, accessoires, logiciels, utilisez-vous lors de vos shootings ?Je travaille sur un Mac Pro 4 cœurs pour une question de stabilité système et de simplicité de maintenance. Avec des cartes Lexar ou SanDisk, ou en mode connecté. J’utilise essentiellement Lightroom qui permet de faire 95% du travail. Photoshop me sert pour des retouches mineures (je retouche très peu).Pouvez-vous nous expliquer la différence entre l’High Key et le Low Key ?HighKey et LowKey décrivent la totalité générale d’une photo : claire pour le HighKey, sombre pour le LowKey. Ce ne sont ni des styles, ni des techniques ni des effets. C’est simplement la tonalité générale de la photo : est-elle globalement claire ou globalement sombre ?Comment travaillez-vous avec vos modèles, la mise en confiance est-elle facile ?Je préfère travailler avec des personnes que je connais, et surtout avec des personnes qui ont réellement envie de poser pour moi, et non par ce qu’une agence les a envoyées là. De ce fait, cela simplifie considérablement la mise en confiance.HotelTravaillez-vous toujours avec des maquilleurs professionnels et pourquoi ?modeOui. Parce-que le maquillage doit toujours être parfait. Une photo de beauté est censée restituer de manière la plus flatteuse possible le travail d’un maquilleur (et d’un coiffeur). Contrairement à ce que l’on entend parfois, le travail de photographe de beauté ou de mode, ne se limite pas à “photographier le travail d’une équipe de maquilleurs coiffeurs”. Une photo de mode et de beauté réussie, doit être capable de restituer le travail des gens qui sont passés avant vous. Il s’agit d’un challenge photographique créatif qui va magnifier ce qu’ont fait le coiffeur et le maquilleur. S’il suffisait “d’appuyer sur le bouton”, n’importe qui serait capable de faire la photo et on n'aurait pas besoin d’un photographe. Il suffit de s’atteler à la tâche pour se rendre très rapidement compte que ca n’est pas possible. De la même manière, un excellent photographe ne pourra pas faire de miracles si le maquillage est mauvais. On obtiendra une excellente photo d’un mauvais maquillage...La coiffure, photographier des cheveux, est une discipline particulièrement difficile : texture, matière, volumes, brillance, teintes... tout ceci demande une très bonne maitrise de la lumière, de la colorimétrie, de l’étalonnage et du post-traitement numérique, etc.Travaillez-vous l’ensemble de vos photos en post-production ?La photo sans post-production cela n’existe pas plus en numérique que cela n’existait en argentique. Je développe moi même mes photos avecphotographie de mode Lightroom, tout comme on développait et tirait ses photos au labo. Je ne retouche que très peu : seulement les petits défauts de peau, traités un par un. Pas de lissage de peau ou d’autres subterfuges infographiques. Je ne m’intéresse pas à l’infographie, c’est un autre métier que le mien.Le matériel, c’est bien ! Mais l’œil du photographe, c’est mieux ! Alors selon vous comment peut-on le développer ?En arrêtant de croire que le matériel, sa qualité ou son renouvellement vont améliorer les photos. Seuls les gens qui sont déjà photographes seront selon moi, capables de tirer parti d’un nouvel appareil. Pour devenir photographe il faut regarder les photos des grands photographes comme Patrick Demarchellier, Jean-Baptiste Mondino, Peter Lindbergh, Jean-Loup Sieff, Robert Mapplethorpe, Paolo Roversi, etc. Puis se fixer un standard qu’on se propose d’atteindre, et tenter enfin de l’atteindre. Le matériel n’a rien à voir avec le fait d’atteindre le niveau suffisant... On peut faire de très belles photos de mode ou de beauté avec un vieux 10D par exemple. Et bien évidemment il faut faire beaucoup de séances...Que pensez-vous et quel regard avez-vous sur la photographie d’aujourd’hui ?La photographie en tant que telle est en train de mourir. Combien de gens croient qu’une photo se fait avec Photoshop ? Et à l’inverse combien de gens seront capables de produire une photo sans se servir de Photoshop pour la trafiquer ? Beaucoup de gens pensent également que c’est le matériel qui fait la photo. Il y a une énorme lacune et un grave manque de culture photographique parmi les nouvelles personnes qui accèdent à la photographie. Je pense que cela vient du fait que les appareils numériques sont capables de produire une photo correcte en appuyant simplement sur le déclencheur. Mais pour que ce soit le photographe qui prenne la photo (et non l’appareil) il faut réellement se plonger dans une démarche de culture photographique : regarder les photographes, aller voir des expos, lire des livres etc. C’est un tout autre point de vue.studioQuels conseils donneriez-vous aux modèles qui souhaitent se lancer dans ce domaine ?De ne pas être trop crédules... De faire ça pour s’amuser et de le faire sans prétention. De faire attention à l’image que donne votre book, et donc au choix de vos photographes.Quels sont vos plus beaux souvenirs et votre photo préférée ?beautéJe n’ai pas de photo préférée... ou alors j’en ai plein :) J’avais bien aimé faire les photos à l’hôtel Murano à Paris...Êtes-vous autodidacte ou avez-vous suivi des cours ? Est-ce nécessaire pour faire de belles photos ?Je suis autodidacte et j’ai suivi quelques cours et stages. Les cours ont le mérite de faire avancer les choses plus rapidement et de faire gagner du temps. Les cours sont nécessaires, tout le temps et constamment, qu’on les prenne avec un professeur, ou que l’on se les donne à soi même, par le biais de l’auto-apprentissage, la visite d’expositions, etc.Avez-vous déjà rencontré des problèmes ou avez-vous été confronté à des situations atypiques ?photo de femmeNon rien de particulier. Est-ce atypique de photographier une fille nue au beau milieu de la forêt, en ayant disposé des flashes aux alentours, en luttant contre les moustiques qui se jettent sur vous (et sur elle) ? Si oui c’était une situation atypique. J’appellerais plutôt ça un challenge...Quels sont vos terrains de photographie préférés, ceux qui vous inspirent ?J’aime bien les choses atypiques et la période sixties et seventies. Le baroque moderne et glamour (néo-baroque), la période hippie, la simplicité d’une fille nue dans un lit blanc...Que souhaitez-vous apporter ou quelles émotions avec vos photos souhaitez-vous faire transparaître ?La pureté, la douceur... des choses les plus simples possibles et les plus proches possible de la vraie nature de la personne représentée.Comment voyez-vous la suite de votre aventure en tant que Photographe ?Continuer de travailler...En dehors de votre travail photographique, vous avez également une activité de coach photo. Pouvez-vous nous expliquer ce qu’est un coach photo, ainsi que la teneur de ce que vous enseignez ?Comme je le disais plus haut, je pense que la photo (dans le sens ou moi je l’entends), se perd. J’ai donc développé un ensemble de services qui permettent d’apprendre (ou de réviser) les bases de la photo, appliquées au studio et au studio mobile (flash en plein jour). A la différence du professeur traditionnel plus ou moins magistral, le coach n’est pas là pour délivrer un enseignement à proprement parler. Il est là pour pousser le photographe-élève au travers de ses difficultés et pour lui inculquer une vision pratique, une vision “de terrain” de la photographie. Le coach doit bien évidemment être capable de détecter à quoi se heurte le photographe-élève (ce qui demande un savoir-faire d’enseignant ET de photographe aguerri), puis de le pousser à vaincre la difficulté. J’ai mis au point par exemple, un atelier “direction du mannequin” dans lequel un étudiant va devoir diriger un mannequin (qui ne réagit, dans le cadre de l’exercice, qu’aux instructions données par l’élève-étudiant). Je supervise (je coach) le couple “photographe-étudiant / mannequin” afin que l’exercice devienne fluide et efficace. Bien entendu le coaching est adapté au niveau de chacun et je serai beaucoup plus exigeant avec un photographe pro qu’avec un amateur débutant. Le site consacré aux stages est peopleandbeauty.comlouise bourgoinPour finir, avez-vous une remarque à faire sur le site Photovore.fr et aux lecteurs ?Je ne connais votre site que depuis peu, mais j’aime beaucoup sa présentation très propre et facile d’accès. J’ai beaucoup aimé les interviews des différents photographes. Je vous remercie d’ailleurs de m’avoir proposé cette interview à mon tour. J’interviens beaucoup sur certains forums et je ne manquerai pas de parler de Photovore.fr dès que j’en aurai l’occasion :)Merci Olivier d'avoir répondu à nos questions, nous te souhaitons une bonne année 2009 et une grande réussite dans ton métier ;)Voir le site du photographe Olivier Chauvignat




Laissez votre commentaire

?
Merci d'éviter le langage SMS, de rester courtois, et de soigner votre écriture !

8):'(:$:((a):D$$:x:)oO:p:\;)Dx

Poster mon commentaire

All-I

Compression des images indépendamment les unes des autres pour faciliter le montage