La photo vue par Samuel Bitton

Imprimer l'actualité Voir le flux RSS Envoyer cette actualité par email
Commentaires10

Publié le 30/09/2008

Je vous invite cette semaine à découvrir l’interview du photographe Samuel Bitton membre du collectif Bouts de planète. Passionné par la photo de paysage et donc par la nature, découvrez sans attendre cette interview...Bonjour Samuel, comment vous est venue cette passion pour la photo ?auroreC’est tout simplement suite à l’achat de mon premier appareil photo reflex en 2001. Je n’avais alors pour but que de faire de belles photos souvenirs lors de nos premiers voyages avec ma femme. Mais dès les premiers instants avec ce merveilleux outil dans les mains, j’ai instinctivement voulu faire de belles photos. Je ne pouvais me contenter de simples photos souvenirs. Et puis cette nouvelle ivresse pour la photo, conjuguée à l’amour de la nature que je possédais déjà depuis longtemps m'ont très vite conduit à me passionner pour la photographie de paysage.Quels matériels photos utilisez-vous et pourquoi ce choix ?cascadeJe travaille aujourd’hui avec du matériel exclusivement Canon (tout simplement parce que mon premier appareil reflex fut Canon et que je n’ai jamais eu de raison de changer). Pour ce qui est du boitier j’utilise aujourd’hui un EOS 1Ds MkIII. C’est en ce qui me concerne le meilleur compromis entre qualité et flexibilité pour la photo de montagne. Mon but étant de produire des photos de très haute qualité permettant des tirages de grands formats, ce boîtier est ce qui se rapproche le plus aujourd’hui du moyen format argentique tout en offrant la flexibilité du format 24x36. Ceci est d’autant plus vrai pour la photographie panoramique par assemblage. Pour ce qui est des optiques, je me limite à quatre, un 17-40mm, un 24-105mm, un 100-400mm et un 28-135mm. Les trois premiers sont ceux qui m’offrent la meilleure qualité. Mais lorsque je vais en haute montagne, je me limite à deux optiques donc le 17-40 et le 28-135 m’offrent une plage de focale idéale. Le seul inconvénient du 28-125, est sont léger manque de piqué dans les coins. Ceci dit cela reste une excellente optique.Quels matériels informatiques, accessoires, logiciels, utilisez-vous lors de vos reportages ou shooting ?lacPour la prise de vue, en matière de filtres je me limite au polarisant (pour maximiser parfois la saturation de certaines scènes) et puis des dégradés neutres (de type Lee) pour contrôler le contraste. Environ 90% de mes photos sont prises sur trépied. En ce qui concerne le post traitement, tout mon travail est effectué sur PC. Le traitement de base (balance des blancs, correction de vignetage, etc.) des fichiers RAW est effectué avec Digital Photo Professional (DPP). Tout le reste se fait dans Photoshop. Pour la production des panoramas par la méthode d’assemblage j’utilise Autopano pro. Je gère toute ma photothèque avec le logiciel IMatch. Il me permet de rentrer les infos IPTC, mots clefs, etc., et d’organiser toutes mes photos par catégories. Pour finir, tout mon travail est sauvegardé quotidiennement sur plusieurs disques durs externes entreposés à différents endroits de manière à me protéger contre toutes pertes.Comment créez-vous vos photos panoramiques ?J’utilise la technique par assemblage. Afin de maximiser la qualité de manière à pouvoir produire des tirages grand format tout en utilisant un matériel 24x36 (donc peu encombrant), je prends sept clichés verticaux que j’assemble ensuite avec le logiciel Autopano pro. La première difficulté que présente cette technique c’est de faire un cadrage précis. Pour cela j’utilise un viseur « fait maison », un simple trou au format 3:1 coupé dans un morceau de carton, une technique vieille comme le monde, mais souvent les outils les plus utiles sont les plus simples ! Je compose ainsi mes photos panoramiques et en prenant les points de repère, je peux plus facilement cadrer chacun des sept clichés. L’assemblage à l’ordinateur lui peut s’avérer assez fastidieux surtout lorsque l’on utilise des fichiers aussi gros que ceux produits par le 1Ds. Mais la qualité prime.Le matériel photo (boîtier ou objectifs) est souvent très cher, comment commencer et évoluer sans se ruiner avec un reflex ?paysageIl est bien sûr très tentant de se laisser convaincre que plus on aura du matériel haut de gamme plus nos photos seront réussies. Ceci ne pourrait être plus loin de la vérité. Mon conseil est d’adapter son matériel en fonction de ses connaissances, ses ambitions, ses besoins et ses moyens. Personnellement j’ai commencé avec du matériel tout simple (un reflex d’entrée de gamme Canon EOS300) et au fur et à mesure que mes compétences et ambitions photographiques ont grandi, j’ai fait évoluer mon matériel en conséquence. Au risque de répéter ce que de grands photographes ont déjà dit, « un mauvais photographe avec un excellent matériel ne fera jamais de belles photos, alors qu’un excellent photographe pourra faire de très bonnes photos avec le plus médiocre des appareils ». C’est tellement vrai, et cela veut vraiment tout dire !Pouvez-vous donner quelques conseils aux lecteurs qui aimeraient faire de belle photo de paysage ?Je pense que le meilleur conseil que je puisse donner est d’être passionné par son sujet. À côté de cela, privilégier les heures de début et fin de journée est toujours une bonne chose, car la qualité de la lumière y est toujours beaucoup plus esthétique qu’en plein milieu de journée. S’inspirer de photographies que l’on aime aide aussi beaucoup à peaufiner son œil artistique.Pouvez-vous nous expliquer pourquoi est-il utile d’utiliser des objectifs grands-angles pour ce style de photographie ?L’avantage du grand angle est qu’il permet de donner une grande profondeur aux photos. Le spectateur est alors immédiatement plongé dans celles-ci. Inclure un premier plan prédominant contrastant avec un arrière-plan lointain, donner un effet 3D sur un support 2D.Quels sont vos plus beaux souvenirs et votre photo préférée ?Les plus beaux souvenirs sont sûrement les nombreux bivouacs passés en montagne, immergés dans cette nature aussi pure que sauvage. Ce sont des moments uniques, surtout lorsqu’ils sont partagés avec d’autres amis photographes ou encore mieux en compagnie de ma tendre (et patiente) femme.Concernant ma photo préférée, difficile de faire un choix, mais je dois avouer que le panorama du lever de soleil sur le Portjenhorn, capturé à une altitude de 3300m lors de l’ascension du Weissmies dans les alpes Valaisannes, continue inlassablement de susciter beaucoup d’émotions pour moi lorsque je le contemple.Comment travaillez-vous pour réaliser vos images, vous partez simplement en balade ?photo de nuitCela dépend. Certaines fois, j’ai une idée très claire de la photo que je veux faire et je vais me rendre sur les lieux de multiples fois jusqu'à ce que les conditions soient idéales afin que j’obtienne ce dont j’avais prévisualisé. Et puis d’autres fois ce sont de simples concours de circonstances et de la chance, on se trouve au bon endroit au bon moment. Les meilleures photos sont souvent produites comme ça.Le matériel, c’est bien ! Mais l’œil du photographe, c’est mieux ! Alors selon vous comment peut-on le développer ?Certaines personnes ont la chance d’avoir instinctivement un oeil photographique. Pour d’autres (ce qui fut mon cas), c’est quelque chose qu’il faut apprendre, et développer. Lorsque j’ai débuté, mes cadrages étaient rarement réussis. J’arrivais malgré tout à limiter les dégâts grâce aux quelques règles de bases de composition (telle la règle des tiers) que mon père m’avait inculquée lorsque j’étais enfant. Et puis ensuite, c’est cette recherche constante de la perfection qui m’a forcé à toujours me remettre en question et en analysant mes photos, à voir comment je pouvais améliorer telle ou telle chose. L’inspiration que suscitent en moi de très belles photos de grands photographes m’a aussi beaucoup aidé, et continue de la faire d’ailleurs.Vous sembler très près de la nature et de l’environnement, comment y contribuez-vous ?brouillardBien entendu dans la vie de tous les jours j’essaye de réduire au maximum mon impact sur l’environnant, dans mes choix en tant que consommateur et en essayant de gaspiller le moins possible. Au jour d’aujourd’hui, la contribution la plus significative que j’ai pu faire est d’avoir installé un système de bicarburation sur mon petit 4x4 qui me permet de rouler à 100% à l’huile végétale pure (HVP). Seul le démarrage s’effectue encore au diesel pendant quelques minutes jusqu'à ce que l’huile arrive à une température suffisante pour pouvoir être injectée dans le moteur sans l’endommager. Et aujourd’hui (fin 2008), après plus d’un an et demi et 25 000 km de comptabilisés au compteur avec ce système le moteur se porte toujours à merveille. Ce geste fut pour moi très important, car j’ai toujours eu du mal à accepter le paradoxe de parcourir tous ces kilomètres en voiture et ainsi d’abîmer la nature dans le but de montrer sa beauté ! Mais le jour où j’ai su qu’il existait ce genre d‘alternative, alors je me devais de l’utiliser. Il n’est certes pas encore parfait, mais en attendant de trouver de meilleurs systèmes c’est mieux que rien.À côté de cela, je me suis engagé à reverser 5% de mes recettes de ventes de tirages d’art à une association de protection de l’environnement. Petite goutte dans un vaste océan, mais un geste qui me tient à cœur et qui je l’espère puisse servir d’exemple.Êtes-vous autodidacte ou avez-vous suivi des cours ? Est-ce nécessaire pour faire de belles photos ?Je suis 100% autodidacte. Lorsque la passion est là, l’apprentissage est un plaisir et tout est alors possible. Suivre des cours de photographie ou participer à des stages en compagnie de photographes professionnels peuvent certainement aider à accélérer l’apprentissage, mais en ce qui me concerne j’en ai rarement éprouvé le besoin. Toutes les connaissances photographiques que je possède aujourd’hui je les ai acquises au travers de mes lectures dans les magazines photos, livres, site internet et sans oublier les nombreuses discussions avec mes amis photographes. Mais ce qui reste de loin le meilleur apprentissage, c’est beaucoup de pratique !Avez-vous déjà rencontré des problèmes ou avez-vous été confronté à des situations atypiques ?Bien sur, et cela ne cessera jamais. Pour n’en citer qu’une, lorsque ma passion pour le format panoramique a commencé, j’ai eu toutes les peines du monde à maîtriser la technique d’assemblage. Effectivement lorsque j’ai débuté les logiciels d’assemblage disponibles étaient loin d’être aussi performants qu’aujourd’hui, et je passais des heures et des heures à me battre pour obtenir un résultat souvent très médiocre. Aujourd’hui après avoir acquis une certaine expérience et aidé par des logiciels de plus en plus performants c’est devenu une routine et la qualité est irréprochable. Mais tout cela pour dire qu’avant d’arriver à maîtriser le procédé, j’ai eu à surmonter de nombreux problèmes.Quels sont vos terrains de photographie préférés, ceux qui vous inspirent ?C’est simple « La montagne ». Les moments passés dans ces immensités sauvages sont uniques. C’est là que je me sens bien, loin de notre société moderne qui me révolte de plus en plus. Par contre, lorsque l’on aime et respecte autant la montagne, la photographier en devient d’autant plus difficile, car ce qu’il m’est donné de voir est tellement éblouissant de beauté que je sais pertinemment que mes photos n’y feront jamais suffisamment justice.Que souhaitez-vous apporter ou quelles émotions avec vos photos souhaitez-vous faire transparaître ?Lorsque je photographie un beau paysage baigné dans une lumière extraordinaire, j’aimerais que les gens du monde entier puissent être à mes cotés afin qu’ils puissent apprécier d’eux-mêmes la beauté de ces spectacles que la nature a la générosité de nous offrir. Mais souvent je suis seul, car les heures auxquelles ce genre de spectacles se produit sont souvent très tôt le matin ou très tard le soir, loin de toutes commodités et dans des conditions climatiques inconfortables. Donc en ramener de belles photos me rapproche un tant soit peu de ce souhait de partager ces grands moments. Je crois que c’est aussi pour cette raison que je prends autant de plaisir à montrer mon travail, mon but étant sincèrement de partager avec le reste du monde les belles choses que la nature nous offre.Vous travaillez pour le collectif Bouts de planète, pouvez-vous nous présenter ce site et cette activité ?C’est un collectif regroupant 6 photographes, né sous l’initiative de deux talentueux photographes Vincent Favre et Xavier Jamonet. Nous nous sommes connus par l’intermédiaire d’un forum de photographie nature francophone renommé. Ayant tous les six une passion commune pour la photographie de paysage nous nous sommes donc regroupés avec pour but de partager, par l’intermédiaire de notre site boutsdeplanete.com, une sélection de nos meilleures images prises en différents endroits de notre planète.Comment voyez-vous la suite de votre aventure en tant que Photographe ?Mon but ultime, je ne le cache pas, serait de devenir 100% professionnel. Mais bien que mon aventure photographique évolue positivement depuis quelques années, je suis conscient des difficultés du métier, donc je progresse avec précaution, doucement, mais surement.Pouvez-vous nous donner votre actualité à venir, exposition, reportage, voyage, livre, etc. ?Je suis depuis peu collaborateur des agences Biosphoto et Worldpictures.Fin septembre verra la sortie de mon premier livre « Nouveaux regards sur les alpes », effectué en collaboration avec mes amis et talentueux photographes Antoine Bergers, Vincent Favre et Xavier Jamonet (livre édité aux éditions Declics).A la fin de cette année, je pars pour un voyage en Patagonie du Sud d’où j’espère ramener de belles photos de paysage profondément sauvage.Et puis dans le long terme, à l’automne 2009, si tout se passe bien, une exposition devrait avoir lieu. Plus de précisions seront disponibles sur mon site en temps voulu.Pour finir, avez-vous une remarque à faire sur le site Photovore.fr et aux lecteurs ?C’est avec enthousiasme que j’ai récemment découvert le site de Photovore, tant il regorge d'informations très enrichissantes le tout accédé par une agréable interface graphique. Je profite enfin de ces quelques lignes pour remercier Maxime et toute l’équipe de Photovore pour leur intérêt concernant mon travail et de m’avoir ainsi proposé cet entretien. Je vous souhaite beaucoup de réussite pour votre superbe site sur lequel je reviendrai souvent.Merci Samuel, nous sommes très heureux d'avoir pu vous interviewer et de vous avoir parmi nos photographes talentueux ;)Voir le site de Samuel Bitton et celui du collectif Bouts de planète.




Avatar de Vincent
1 oct. 2008 à 11h21
Premier paragraphe, une petite faute :
"conjuguée à l’amour de la nature que je possédais déjà depuis longtemps mon très vite conduit": m'ont très vite conduit...

Dommage que ces fautes ternissent cette belle interview.

Cordialement,
0  + -
Avatar de Maxime Damès
1 oct. 2008 à 16h40
@Vincent,

Merci pour le signalement ;) Je pense avoir fait le tour, si vous en voyez d'autre n'hésitez pas à m'en faire part !

A bientôt...
0  + -
Avatar de gilles
2 oct. 2008 à 21h08
splendide ! vraiment de l'art. ça donne envie de faire de la photo
0  + -
Avatar de Aurélien Debreyne
3 oct. 2008 à 10h14
Ne boudons pas notre plaisir...
Merci à l'équipe de photovore!
0  + -
Avatar de Joaquimb
6 oct. 2008 à 09h10
Merci pour ce nouvel interview toujours aussi pertinent, intéressant et tellement inspirant. Par contre je me demande comment Mr. Bitton as le courage de grimper ces montagnes escarpés avec un matériel aussi lourd ! J'ai récemment grimper un volcan de 1800 mètres (le mont Batur à Bali)avec mon 350D et quatre objectifs, et je peux vous dire que je me suis maudit d'avoir emporté autant de matos !
Et malheureusement j'avais choisis de ne pas emporter mon trépied pour ne pas trop être encombré, je l'ai bien regretté !
J'ai juste une petite question technique pour vous Mr. Bitton, utilisez vous la technique du HDR pour obtenir des expositions aussi parfaites ? Parce que si c'est bien quelque chose qui m'as embêter à chaque fois que je me suis essayé à la photographie de paysage, c'est le faible dynamisme de mon Canon qui m'oblige à des compromis d'exposition souvent disgracieux, ou d'utiliser la dite technique du HDR.

Merci encore à Photovore pour ce superbe interview :)

Joaquim
0  + -
Avatar de Maxime Damès
6 oct. 2008 à 20h04
@Joaquimb, bienvenue sur Photovore ;)

Je pense que Samuel se fera un plaisir de répondre à votre question ! Mais, selon moi Samuel n'utilise pas le format HDR pour ses photos...

D'ailleurs en parlant d'HDR, une interview à ce sujet devrait paraître rapidement...

A bientôt
0  + -
Avatar de Samuel Bitton
7 oct. 2008 à 12h55
Bonjour Joaquim

Emmener autant de matériel photographique en montagne n’est pas si demandant qu’on pourrait croire (même si mes genoux vous diront sûrement le contraire !! ;-) ). Ceci dit, lors de sorties sur plusieurs jours en autonomie (donc avec le matériel de bivouac) il faut souvent supporter un sac avoisinant les 20 kg, mais quand on aime on ne compte pas ;-) !
Avec un peu d’organisation on arrive à maintenir le poids dans le domaine du « raisonnable », et puis croyez moi on s’y fait.
Et plus je dois monter haut, plus je me limite, mais je choisis mes courses en conséquence, car la Photographie reste toujours une priorité.

En ce qui concerne le HDR, non c’est une technique que je n’utilise pas. Bien que j’en connaisse les bienfaits, pour la photographie de panorama par technique d’assemblage le processus devient alors très (trop à mon goût) laborieux. Ma solution est simplement d’utiliser des filtres dégradés neutres. Cette technique à ses limites certes, mais c’est un moyen très simple et efficace pour contrôler le contraste lors de la prise de vue elle-même. La clé étant de choisir la bonne intensité du filtre et de le positionner avec précision de manière à n’avoir aucune zone complètement brûlée, tout en maximisant la tonalité dans les ombres. L’exposition globale de chaque cliché est ensuite peaufinée dans Photoshop avec, si nécessaire bien sur, un débouchage des ombres et assombrissement de certaines zones encore surexposées (exactement à la manière du travail fait jadis en labo lors de tirages argentiques).

Voilà j’espère que ces quelques infos répondront à vos questions.

J’en profite pour remercier les autres interlocuteurs pour leurs commentaires.

Amitiés
Samuel
0  + -
Avatar de Antoine Ducommun
18 déc. 2008 à 21h06
Je trouve vraiment le travail réalisé par Samuel Bitton juste fabuleux. Les images sont agréablement cadrées, les lumières magnifiques, le travail soigné. Bref, qu'un mot pour ce photographe : BRAVO.
0  + -
Avatar de Samuel Bitton
29 déc. 2008 à 11h55
Merci Antoine.
0  + -
Avatar de Bruno Chatard
11 juin 2010 à 17h06
En complément à cette très intéressante interview je souhaiterai partager mon expérience vécue lors du premier stage photographique organisé par Samuel. Depuis maintenant 3 ans je suis très fan du travail de grande qualité qu'il produit. Il suffit de se rendre à une de ses expositions pour vraiment en prendre la pleine mesure. La finesse des détails et la qualité des tirages sont exemplaires. Je souhaiter rencontrer Samuel et je me suis donc inscrit à un de ses stages pour ça. Ce que l'interview ne mentionne pas c'est la précision avec laquelle Samuel installe son trépied et sa tête nodal Ninja! Il ajoute à cela un petit cube à double niveaux qu'il place sur la prise flash. Cette étape ne lui demande pas plus de 5 minutes mais sont à mon avis le secret d'une photo panoramique par assemblage techniquement réussie.
Comme il le dit si bien : « de jolies photos se méritent » . Nous sommes donc partis à 4h30 du matin dans la nuit sous la pluie pour finir vers 22h30 toujours dans nuit (équipés de lampes frontales), dans la boue et dans le froid! Mais que de bons souvenirs, que de passion échangée. Samuel nous parle aussi de sa technique de post-traitement et le soin apporté au développement de ses fichiers RAW est aussi un bel exemple de son professionnalisme. Sur son site il remercie ses parents de lui avoir donné 2 yeux pour regarder et apprécier le monde. Moi je le remercie pour sa passion communicative et je ne saurai que recommander aux personnes qui aiment le travail de Samuel de le rencontrer au travers de ses stages photographiques. Que l'on soit débutant ou photographe confirmé, c'est une belle opportunité de rencontre et d'échange que Samuel nous offre avec ses stages. Encore merci à toi, Samuel, pour cette merveilleuse journée.
0  + -

Laissez votre commentaire

?
Merci d'éviter le langage SMS, de rester courtois, et de soigner votre écriture !

8):'(:$:((a):D$$:x:)oO:p:\;)Dx

Poster mon commentaire

All-I

Compression des images indépendamment les unes des autres pour faciliter le montage