[Interview] Boberic : duo de photographes amoureux des voyages

Imprimer l'actualité Voir le flux RSS Envoyer cette actualité par email
Commentaires3
[Interview] Boberic : duo de photographes amoureux des voyages
Bonjour mardi ! Votre rendez-vous photo hebdomadaire est de retour. Cette semaine nous avons pris contact avec non pas un, mais deux photographes qui ont mis leurs connaissances et savoir faire en commun pour améliorer leur travail photographique. Rencontre avec le duo Boberic...

BobericQuand un français d'origine portugaise passionné de photo et de retouche photo rencontre un photographe amateur Américain de 20 ans son ainé, c'est la naissance d'une association forte autour d'une passion commune : la photo bien entendu, mais également la découverte du monde au travers des voyages où chaque moment est immortalisé au travers de leurs deux regards combinés. Boberic, c'est le nom de ce duo, que tout oppose au départ, mais qui est devenu une valeur ajoutée à la photographie de par leur association. Rencontre avec Frederic Gramoso et Robert Pettitt !

 

Bonjour Fred, bonjour Bob. Tout d’abord, pouvez-vous nous parler un peu de vous. Comment est née votre passion pour la photo ? Comment vous êtes-vous rencontré ?

Bob : Ma passion pour la photographie m’est venue à l’âge de 17-18 ans quand j’ai acquis un Canon A-1, qui a transformé le monde de la photographie étant le premier SLR à proposer un programme de contrôle électronique d’auto exposition. Ces jours là, je passais mes fins de semaines à photographier de vieilles granges, des chutes d’eau et paysages au nord-est de l’Alabama, mon état d’origine. J’ai en même temps eu l’opportunité d’apprendre à travailler en chambre noir dans un magasin « Hobby and Craft », développant mes propres pellicules en noir et blanc et éventuellement en couleurs, et faire mes propres impressions. Depuis ce temps, avec 20 ans de service actif dans l’US Navy et maintenant 8 années en tant que pilot de ligne, j’ai voyagé à travers le monde entier prenant des milliers de photos sur ma « route », et je ne m’en lasse pas.

Fred : J'ai touché à la photographie un peu plus jeune dans mes années lycée. Mon professeur de français m’avait convaincu de prendre cet art en option pour couvrir les évènements au lycée. Malheureusement, il ne se passait pas grand chose, pour ne pas dire rien, mais cela m’a tout de même permis d’expérimenter la chambre noir et le développement en noir et blanc. Depuis, je prends des photos tout le temps. Je n’étais pas ce qu’on pourrait appeler un féru des études, j’ai donc commencé à travailler assez tôt en tant que chauffeur routier, et ce pendant une dizaine d’années. Grâce à ce métier, j’ai pu traverser la France entière et passer mon temps libre à voyager à travers l’Europe, le tout avec un Fujifilm FinePix F200EXR. Ce n’était pas le top des APNs mais c’était tout ce que je pouvais m’offrir à l’époque.

Bob et moi nous sommes tout d’abord connu sur le web, sur des sites consacrés à la photographie. On a très vite accroché par notre goût commun pour les voyages et les cultures différentes. Notre rencontre a été vite organisée : Bob m’a rendu visite à Marseille voulant à tout prix connaître les calanques et la vue depuis Notre-Dame de la Garde, et c’était plus facile pour lui de faire le voyage en tant que pilot. Au fur et à mesure que le temps passait, notre complémentarité artistique se confirmait. L’idée d’une association nous est naturellement venue à l’esprit. Depuis deux ans, j’ai repris mes études dans la photographie et l’art digital en Floride. Avec l’aide de Bob qui m’héberge en échange de quelques diners à la française, j’espère faire de ma passion mon métier.

Vous collaborez tous les deux sous le nom de Boberic. Comment est née cette association ? Pourquoi ce nom ?

Bob : Tout naturellement. Fred a un œil jeune et une certaine facilité pour la nouvelle technologie, et on sait tous que le futur c’est la technologie. Je m’améliore donc grâce à son aide et en prenant des cours. Il m’a montré comment une simple photo peut devenir magique avec de bons ajustements utilisant les logiciels de retouches, et aussi comment transformer un paysage ennuyeux en une composition racontant une histoire par photo manipulation. J’utilisais déjà certains de ces logiciels mais pas de manière aussi approfondie. Mais bon, une bonne photo est bonne à la base, les logiciels ne font que la sublimer.

Fred : Une association avec un gars ayant presque un demi siècle d’expérience, qui dirait non ? Bob est une mine d’or de connaissances, partout où l’on va pour des sessions photos, il connaît les meilleurs « spots » et heures de la journée pour une superbe lumière, et il sait utiliser son appareil avec une maitrise parfois déconcertante. Quand moi je prends plusieurs photos avec différents réglages pour être sur de ne pas louper ma prise, Bob lui, me donne les réglages qu’il aurait utilisé sans même regarder mon objectif et bam ! la prise parfaite.

Le nom Boberic est juste un jeu de mots avec nos deux prénoms, Robert « Bob » et Frédéric « eric ». Cela personnalise notre travail et en même temps, c’est plus facile à retenir que deux prénoms.

Comment se matérialise votre association ? Avez-vous chacun vos tâches préétablies dans votre travail collaboratif ?

Fred : Cela dépend du temps que l’on a ensemble et séparément. En général, on voyage ensemble, ce qui est la base de notre association, et les destinations sont toujours choisies par un accord mutuel, un choix qui se base très souvent sur l’histoire du lieu et de sa culture, ce qui n’empêche pas de photographier la faune et la flore. Mais quand on se balade au milieu des rues d’une ville comme Lisbonne, qui a été bâtie au 13eme siècle et qui a survécu au catastrophique tremblement de terre du 17eme, on ne peut pas s’empêcher d’avoir la chair de poule, c’est juste magnifique. Le post-traitement, c’est moi qui m’y colle le plus souvent car j’ai plus de temps libre.

Bob : La destination est souvent un choix difficile car on veut tous les deux en savoir et voir plus sur nos cultures respectives, européenne et américaine, mais on arrive toujours à se mettre d’accord. Aussi, pour mettre notre travail en commun, on ne se déplace qu’avec un seul appareil pour être sur que l’on ne parte pas dans des directions différentes et ainsi mettre en œuvre nos deux visions sur les mêmes sujets, ce qui est vraiment très intéressant et enrichissant. Nous n’avons pas de tâches préétablies, on préconise l’échange d’idées et de procédés ce qui rend toujours un résultat diffèrent du précèdent, et paradoxalement cette touche unique Boberic, je l’espère.

Qu’est-ce que cette association vous apporte dans votre travail photographique ? Vos différentes sont-elles un atout pour celui-ci ?

Bob : Ce qui est sûr, c’est qu’on ne s’ennuie jamais ! Travailler à deux est une toute autre dimension ; en plus de l’aide que l’on s’apporte mutuellement, on a l’avantage d’avoir un œil critique sur le travail de chacun avant de publier quoi que ce soit, et rien de mieux qu’une génération de différence pour une vraie critique. Et puis 4 yeux valent mieux que 2 pour voir des angles ou des compositions originales. Je pense que ce sont nos différences qui font cette complémentarité, et feront la différence si je puis dire.

Fred : Je n’aurais pas mieux dit. J’ajouterais juste que sans notre association, je n’aurais jamais progressé et évolué aussi vite. La formation que je suis, est assez complète mais je pense avoir un atout de plus que mes confrères étudiants avec ce que Bob m’apporte sur le terrain, une expérience qui ne s’apprend pas à l’école. 

Quels types de traitement appliquez vous à vos clichés ? Quels logiciels utilisez-vous ?

Fred : Pour les traitements, je procède au cas par cas. Je n’enregistre pas mes ajustements sur photomatix pour le HDR ni d’actions sur photoshop. Beaucoup de mes collègues et professeurs me disent que je devrais, je gagnerais du temps, mais je ne vois pas l’intérêt de travailler rapidement quand c’est un réel plaisir que je prend à retoucher nos photos. Chaque photo est unique et je ne prends pas de risque de perdre cette qualité en utilisant des ajustements automatisés. Nos photos se ressembleraient toutes et cela n’aurait aucun attrait ni intérêt. Je peux passer 10 minutes sur une photo ou 4 heures sur une manipulation sans résigner, j’aime ça ! Nos photos sont au format RAW ce qui implique automatiquement un traitement des contrastes, luminosité et exposition. Cela ne veut pas dire que le format RAW n’est pas bon. Au contraire, il contient beaucoup plus d’informations que le format jpeg qui lui fait un pré-ajustement lors de la prise, ce qui limite les possibilités comparé au format RAW. Pour les finitions, on utilise lightroom, un logiciel vraiment impressionnant pour jouer sur les couleurs et les tons, et il contient un « denoiser » assez sympa pour les ISOs élevés.


Pour finir, quels sont vos projets pour l’avenir ?

Fred : Dans l’immédiat, on a quelques voyages de programmés. On va surement commencer par Puerto Rico dans quelques semaines, une première pour moi, j’ai vraiment hâte d’y être. Puis, le Portugal qui est mon pays d’origine et que je redécouvre à chaque visite, et finalement on n’est pas encore d’accord pour le Brésil ou l’Inde en fin d’année.

Coté formation, j’ai dans l’idée de ne pas m’arrêter à la photographie mais d’étendre mes connaissances dans l’animation. En combinant ces deux matériaux de l’imagerie, on espère faire quelque chose d’unique et reconnaissable, et pourquoi pas laisser une marque, Boberic Productions… ça sonne plutôt bien non ?

Bob : Ce que Fred ne dit pas, c’est que l’idée de laisser une marque vient de moi ! En attendant, on va essayer de pousser notre portfolio un peu plus loin, plus intime et extrême dans le but de rendre notre travail reconnaissable et reconnu, et le fait de voyager le plus possible nous donnera plus de chance d’y parvenir je pense. L’exploration de la forêt amazonienne me semble un bon début… On prend vraiment du plaisir à travailler ensemble et sans aucun doute, cela se ressentira de plus en plus sur nos futurs projets, et si cela arrondit nos fins de mois, ce n’est que du plus !

Le mot de la fin ?

Bob : Cheese !

Le travail de Boberic

Vous pouvez retrouver l'ensemble des clichés de Bob et Fred sur leur site Internet : http://www.bobericphotography.com.

 

La semaine dernière, nous avions rencontré Florian Beaudenon qui nous présentait sa série Instant Life, des photos d'inconnus prises dans leur intimité et d'en haut. Pour le découvrir : [Interview] Florian Beaudenon : "il faut profiter de ces moments qui font notre vie de tous les jours"





Avatar de Regnier
25 juin 2013 à 18h30
Superbes photos j'éspère que votre association sera une réussite et que vous serez reconnu ;)
4  + -
Avatar de Radia
27 juin 2013 à 20h48
Très belles photos as always...
2  + -
Avatar de de gasperi
7 juil. 2013 à 10h15
Si heureux de cette complicité et que les photos sont belles !
1  + -

Laissez votre commentaire

?
Merci d'éviter le langage SMS, de rester courtois, et de soigner votre écriture !

8):'(:$:((a):D$$:x:)oO:p:\;)Dx

Poster mon commentaire

Photo de Ariane Journois

Article d'Ariane Journois

Publié le 25/06/2013

Les escaliers de la Butte sont durs aux miséreux, les ailes du Moulin protègent les amoureux.

All-I

Compression des images indépendamment les unes des autres pour faciliter le montage