[Interview] Denis Dubesset : "trouver l'extraordinaire dans ce qui nous semble ordinaire"

Imprimer l'actualité Voir le flux RSS Envoyer cette actualité par email
Commentaire1
[Interview] Denis Dubesset :
La tradition s'installe au fil des semaines ! Tous les mardis, l'équipe de Photovore.fr vous propose de découvrir le travail d'un photographe, professionnel ou amateur, au travers d'une interview et de quelques uns de ses clichés. Découvrez donc l'interview de cette semaine !

Denis DubessetLe goût de l'image est apparu très tôt chez Denis Dubesset, cet archéologue reconverti en photographe professionnel et auteur d'un guide de photographie, mais sa passion pour la photographie est quant à elle arrivée d'un seul coup. En l'espace de cinq ans, il devient un vrai professionnel et donne même aujourd'hui des conseils pour réaliser des photographies macros grâce à son ouvrage publié, Microcosmes. Pour mieux le connaître, nous lui avons posé quelques questions...

 

D’où est née votre passion pour la photographie ? Quel a été l’élément déclencheur de celle-ci ?

Mon intérêt pour l'image en général a toujours été considérable. C'est sans doute l'une des raisons qui m'a poussé à faire des études en Histoire de l'art. Ma passion pour la photographie a été soudaine. En 2008, j'ai décidé d'acheter un appareil photo numérique, un petit Canon Powershot. Au départ, mon intention était plutôt classique : immortaliser quelques souvenirs. Cependant, au moment où j'ai eu l'appareil entre les mains, j'ai été piqué d'une curiosité insatiable. Je voulais tout savoir et tout découvrir sur l'art de la photographie. Au départ, je pensais en faire le tour rapidement, mais j'ai bien vite compris que le sujet était infiniment vaste. Deux mois plus tard, j'ai acquis mon premier reflex.

Vous  êtes archéologue depuis 10 ans, et vous venez également de publier votre premier guide de photographie, Microcosmes. Depuis quand avez-vous fait de la photographie une activité professionnelle ? La photographie prime-elle aujourd’hui sur votre métier d’archéologue ? Expliquez-nous votre parcours.

La photographie a progressivement pris de plus en plus de place dans ma vie. J'ai très vite eu une attirance pour la photographie rapprochée. Cette discipline permet de montrer au public ce qu'il ne peut pas voir ou ce qu'il ne prend pas la peine d'observer. Mon travail sur la photographie en proxy et macro m'a peu à peu permis de réunir un grand nombre de clichés sur différentes espèces animales. J'ai donc pensé qu'il serait intéressant de partager mon expérience et mes techniques de prise de vue à travers un livre. Après avoir confectionné un prototype, j'ai franchi le pas en envoyant un manuscrit à plusieurs éditeurs. Certains ont été intéressés et j'ai finalement eu la joie de pouvoir travailler avec PEARSON. C'est au moment de la sortie du livre que j'ai décidé de devenir professionnel. Je ne me fixe pas d'objectif particulier et je réponds aux demandes de plus en plus nombreuses.

Pouvez-vous nous dire quelques mots sur la création de votre livre, "Microcosmes : photographier les petits animaux"  ? Que vous a apporté cette expérience ?

Cela a été une aventure formidable. C'est le résultat de plusieurs années de passion et de travail. Je le vis comme une étape. La photographie rapprochée est une école de patience. Pour obtenir de belles images, vous devez maîtriser parfaitement tous les paramètres et la moindre erreur ne pardonne pas. La technique est importante, mais j'accorde encore plus d'importance à l'aspect artistique. Quel est l'intérêt si votre image techniquement parfaite ne dégage aucune émotion ? Réaliser cet ouvrage a été pour moi un tremplin dans mon activité photographique. Aujourd'hui, j'ai diversifié mon champ d'action et j'applique la rigueur acquise dans ce projet à d'autres disciplines tels que le reportage ou le portrait.

Vous êtes spécialisé dans la photographie macro et le noir et blanc. D’où est venu votre intérêt pour ces types de photographie ?

Comme je l'ai dit précédemment, la photographie rapprochée permet de montrer le monde selon un point de vue unique. C'est une source d'étonnement permanente. Si j'aime voir la vie en couleur, le noir et blanc s'impose parfois comme une évidence. Choisir de traiter une image en noir et blanc me permet d'éliminer tout artifice. La couleur est aguicheuse et flatteuse, elle voile parfois le propos. Le noir et blanc ne triche pas. Si une composition est ratée, cela sera exacerbé par un traitement monochrome. Cependant si l'image est réussie le noir et blanc permettra de la sublimer en faisant ressortir l'idée principale, l'émotion. Si je trouve que la couleur est inutile et ne sert pas l'image, je l'enlève !

Qu’est-ce qui influence vos créations ? Quelles sont vos inspirations ?

Je pense que ce qui me guide, c'est ma curiosité et ma capacité à l'étonnement. J'essaie d'avoir un regard naïf sur ce qui m'entoure au quotidien. C'est sans doute le plus difficile : trouver l'extraordinaire dans ce qui nous semble ordinaire.

Quel matériel utilisez-vous pour réaliser vos clichés ? Avez-vous vos petits « trucs » personnels de photographe ?

J'utilise des reflex pro de la marque Nikon. J'ai commencé avec un capteur APS-C, puis j'ai rapidement acquit un full frame que j'utilise dans 80% des cas. Je conserve les deux formats que j'emploie selon les situations auxquelles je suis confronté. En ce qui concerne les optiques, j'utilise presque exclusivement des focales fixes (allant de 24mm à 300mm) que je préfère pour leurs qualités intrinsèques superlatives. Je n'ai pas à proprement parler de « trucs » de photographe. J'essaie simplement de soigner le point de vue pour mettre en valeur un sujet et ainsi donner une véritable signature à l'image. L'emploi de focale fixe m'aide beaucoup pour ce travail.

Pouvez-vous nous parler de votre photo préférée, celle dont vous êtes le plus satisfait, et nous expliquer pourquoi ?

Ma photo préférée ? Choisir une photo plus qu'une autre est pour moi très difficile car elles ne traitent pas le même sujet, ne signifient pas la même chose. J'ai envie de répondre que ma photo préférée est celle que je n'ai pas encore prise. En tant que photographe, je suis un éternel insatisfait. Je pense toujours que je peux améliorer ma composition, ma technique. Ainsi lorsque je regarde l'un de mes clichés, la première chose qui me saute aux yeux sont les petits défauts que j'aurais pu éviter.

Enfin, quels sont vos projets photographiques pour cette année 2013 ?

Pour cette année et les suivantes, je souhaite développer mon activité. J'ai plusieurs projets d'exposition sur différents thèmes. J'espère également développer mon site internet. Je pense que le web est un bon moyen de montrer ses créations. Je travaille sur différents projets de publications qui aboutiront l'année prochaine je l'espère. Enfin, je réponds aux sollicitations, ce qui me laisse moins de temps pour un travail plus personnel. Je dois dire que tout cela me passionne, je vie une grande aventure photographique au quotidien. 

Retrouvez ci-dessous quelques clichés de Denis Dubesset, et pour découvrir l'ensemble de son travail photographique, rendez-vous sur son site Internet : www.dubphoto.fr.

Microcosme par Denis Dubesset

Noir et blanc

 





Avatar de Sonja
23 avril 2013 à 15h34
Magnifique ! Surtout les photos des insectes, elles sont très impressionnantes ! Bravo
0  + -

Laissez votre commentaire

?
Merci d'éviter le langage SMS, de rester courtois, et de soigner votre écriture !

8):'(:$:((a):D$$:x:)oO:p:\;)Dx

Poster mon commentaire

Photo de Ariane Journois

Article d'Ariane Journois

Publié le 23/04/2013

Les escaliers de la Butte sont durs aux miséreux, les ailes du Moulin protègent les amoureux.

All-I

Compression des images indépendamment les unes des autres pour faciliter le montage