Interview de David Marlien

Imprimer l'actualité Voir le flux RSS Envoyer cette actualité par email
Commentaires2

Publié le 25/05/2008

Cette semaine, je vous propose de suivre l’aventure d'un jeune photographe à l’avenir prometteur. En effet, David Marlien nous dévoile ses débuts, ses choix, ses envies et surtout sa passion pour la photo.Alors David, Quand et comment avez-vous débuté en photographie ?paysageJe me suis mis véritablement à la photo fin 2006 en achetant mon premier reflex numérique. Avant cela, je faisais de simples photos souvenirs avec un bridge numérique acheté à l’occasion d’un voyage de classe en 2004. Le passage à un reflex numérique fut motivé par la photo d’une marmotte réalisée en aout 2006, pendant des vacances dans les Alpes. A ce moment là, j’ai su que j’avais envi de m’investir dans cette nouvelle passion qui m’apporte beaucoup aujourd’hui.Qu'est ce qui vous a poussé à photographier la nature et la faune ?couché de soleil J’ai la chance d'avoir des parents qui, dès mon plus jeune âge, m’ont fait découvrir les joies des grands espaces. Difficile alors de ne pas tomber amoureux de cette Nature qui nous entoure. Sa diversité et sa beauté sont pour moi une source d’inspiration inépuisable. De plus, mes études en Biologie m’apprennent à mieux connaitre et comprendre les sujets que je traite. C’est un point crucial de ce segment de la photographie. Sans une bonne connaissance du terrain, difficile d’arriver à ses fins et l’on risque vite d’être déçu par le résultat.Quels matériels photos utilisez-vous et comment l’avez-vous choisi ?macrophotographiePour le choix de mon premier réflex numérique, je m’étais limité à Canon et Nikon pour leur parc d’objectifs plus conséquent. Finalement j’ai opté pour le D80 de Nikon qui possède un meilleur objectif en kit (18-70mm), un bien meilleur viseur, une meilleure prise en main et un meilleur autofocus que le Canon Eos 400D. Pour le choix des objectifs, j’ai opté dans un premier temps pour un zoom 70-300mm VR, vite complété par un 300mm f/4. Pratiquant beaucoup la macrophotographie, j’ai également investi dans un 105mm VR f/2,8. Pour la photo de paysage, l’utilisation d’un trépied (Manfrotto) et de filtres (système Cokin) est appréciable.Utilisez-vous un logiciel de retouche ou de traitement si oui lequel et pourquoi ?papillon A l’heure du numérique, difficile de se passer d’un logiciel de post-traitement. Pour ma part, j’utilise Capture NX pour le développement de mes fichiers RAW qui est plus fidèle dans le rendu des images que le plugin Camera Raw de Photoshop. Par contre, mon éthique de photographe naturaliste m’interdit de modifier la réalité et de retoucher mes photos. Ainsi je me dois d’avoir une certaine rigueur dès la prise de vue surtout dans la composition des arrière-plans.Comment avez-vous appris les bases de la photographie, êtes-vous autodidactes ou avez-vous suivi une formation ?coquelicotJe n’ai suivi aucune formation concernant l’apprentissage des bases de la photographie. En complément de la lecture de bon nombre d’ouvrages sur le sujet, je fréquente depuis le début des forums qui m’ont beaucoup aidé. Le fait de voir les images des autres peut également donner des idées. Ainsi, je vais chaque année au festival de Montier-en-Der qui rassemble les plus grands noms de la photographie animalière comme Vincent Munier. A travers les images, l’on peut ainsi comparer le regard que l’on porte sur la nature avec celui des autres. C’est très enrichissant car cela permet d’avancer.Quel conseil donneriez-vous aux débutants dans ce domaine ?chevreuil Ne pratiquant la photographie que depuis 1 an et demi, je me considère encore comme débutant et il serait prétentieux de ma part de vouloir donner des conseils. La photographie est à la portée de tous, je pense qu’il faut avant tout être passionné pour réussir ses clichés. Il est également essentiel de comprendre pourquoi une image est belle. Pour moi, la lumière est l’élément central dans une photographie. La composition et l’attitude du sujet ne viennent que sublimer le tableau. C’est pourquoi je privilégie les prises de vue le matin et le soir. Enfin, une approche qui peut être intéressante, si l’on débute, est de représenter le sujet en interaction avec son environnement. Il convient alors d’opter pour des plans larges plutôt que pour des gros plans et portraits. D’autant que cette approche est plus facile à réaliser.Utilisez-vous des techniques particulières, lors de vos parcours photo ?abeilleEn photographie animalière, deux principales techniques permettent d’arriver à ses fins : la billebaude et l’affût.La billebaude s’apparente à une ballade dans la nature, le photographe repère un animal au loin, et tente de l'approcher, toujours dans un souci de respect, sans le déranger. Si lors de ses nombreuses billebaudes il repère un site souvent fréquenté, l’installation d’un affût sera plus propice pour la réussite des images. En ce qui me concerne, j’en suis encore à la phase de découverte et d’observation. Je privilégie donc la billebaude à l’affût.Faut-il utiliser des méthodes particulières pour photographier une marmotte ?marmotte Contrairement à ce que l'on pourrait penser, ces rongeurs sont très curieux et ils n'ont pas une très bonne acuité visuelle. Il suffit simplement de se coucher par terre et veiller à ne pas avoir le vent dans le dos, car leur odorat est très développé. Avec ce genre de sujet facile à approcher, le photographe se doit d’opérer des cadrages originaux, en composant avec l’environnement, souvent propice aux belles images.Que souhaitez-vous apporter ou quelles émotions souhaitez-vous faire transparaître ?Avec mes images, je souhaite simplement faire prendre conscience aux gens de la beauté de la Nature, et qu’il suffit de petits riens pour tenter de la sauvegarder. La biodiversité est essentielle à nos générations futures. Les sciences comme la médecine (et la découverte de nouvelles molécules) puisent leur inspiration dans le monde animal. Si l’homme venait à détruire cette richesse, que se passerait-il ?Quels sont les moments les plus intenses lors de telle séance photo ?cerfArriver à saisir des instants fugaces dans la vie d’un animal sauvage est une grande satisfaction pour le photographe animalier. Les animaux comme le renard ou le chevreuil sont très craintifs la plupart du temps, et il faut user de stratagèmes pour réussir à les photographier.Lors des séances de photo de paysages, se retrouver au sommet d’une montagne, à contempler le lever du soleil devant une mer de nuage et apprécier l’instant présent fait également partie des petits plaisirs. Ce sont des instants magiques.Avez-vous déjà rencontré des problèmes ou avez-vous été confronté à des situations atypiques ?macro Il m’est arrivé une mésaventure l’été dernier, en vacances, dans le massif des Ecrins. Alors que j’étais parti photographier des chamois en fin de soirée, je me suis foulé la cheville au milieu de nulle part. Dans ces moments là, on ne fait pas le fier. Sans la présence de mon père, je n’aurais pu prévenir les secours seul. J’étais dans l’incapacité de marcher, à 2h du refuge le plus proche, sans réseau téléphonique…Comment voyez-vous la suite de votre aventure en tant que Photographe ?En tant que photographe amateur, je profite des occasions pour exposer mes images dans différents lieux. Confronter son travail à l’avis du public est une expérience enrichissante. La suite de l’aventure consistera à participer à quelques concours et envoyer mes images à des magazines.Voulez-vous vous orienter vers un autre style de photographie, portrait, nu, etc. ?marmotteQuand on fait de la photo, et encore plus lorsque l’on débute, on est toujours tenté de photographier tous azimuts. Pour avoir essayé différents styles, je dois dire que seule la photographie animalière et de nature m’inspire réellement.Pour finir, avez-vous une remarque à faire aux lecteurs de Photovore.fr ?J’espère que ma vision de la nature vous poussera à être plus curieux vis-à-vis des petits secrets qu’elle recèle et que vous prendrez le temps de l’apprécier lors de vos ballades. Je remercie Photovore de m’avoir donné la parole et l’opportunité de mettre en avant mon travail. A très bientôt peut-être.Voir le site de David Marlien Animal Picture




Avatar de jairzy
27 mai 2008 à 11h45
Très enrichissante cette interview. Je découvre un photographe talentueux qui je l'espère deviendra une référence...
Vraiment Merci!
0  + -
Avatar de Maxime Damès
27 mai 2008 à 15h43
Votre travail est aussi intéressant ;)
0  + -

Laissez votre commentaire

?
Merci d'éviter le langage SMS, de rester courtois, et de soigner votre écriture !

8):'(:$:((a):D$$:x:)oO:p:\;)Dx

Poster mon commentaire

All-I

Compression des images indépendamment les unes des autres pour faciliter le montage